» La Nouvelle Calédonie en quelques mots » Histoire du Territoire » De la Formation de l’île aux Premiers Habitants
 
Tout déplier Tout replier

 
 

De la Formation de l’île aux Premiers Habitants

 

 

 

“Tous les continents connus aujourd’hui étaient rassemblés en un seul super-continent, appelé la Pangée .
Un super-continents bloque le flux de chaleur provenant de l’intérieur de la terre, ce qui provoque l’échauffement de l’asthénosphère et parfois l’apparition de phénomènes sismiques au sein de la lithosphère : des volcans se forment alors, le magma remonte et différents fragments du super-continent s’écartent, ce qui conduit à sa dislocation.
La Pangée se serait ainsi fracturé en blocs s’éloignant les uns des autres pour aboutir à l’emplacement actuel des continents.”

Wikipédia

 

 

 


Il y a 300 millions d’années, la Nouvelle Calédonie était intégrée à l’immense plaque indo-australienne. 160 millions d’années plus tard, un morceau de terre se détache et fait alors cap vers le nord-est, jusqu’à prendre sa place actuelle.

 

Vers 3000 ans avant JC, les habitants de la Chine du Sud ont découvert Taiwan, puis les Philippines vers 2000 avant JC. Les autres îles de l’archipel indonésien ont par la suite été aperçues, jusqu’à amener à la Nouvelle Guinée et aux îles du Pacifique. Ce sont les austronésiens, probablement les premiers navigateurs de l’humanité, qui ont accosté en Nouvelle Calédonie vers 1500 avant JC.

 

Les premiers habitants ont laissé des traces sur leur passage, des gravures sur pierres. Ces pétroglyphes représentent souvent des cercles, des croix entourées de lignes continues, ou encore des silhouettes humaines et animales. Leur interprétation n’a pas vraiment été définie.

 

En l’absence d’écrits, ce sont principalement les découvertes archéologiques et les recueils de légendes, qui ont permis d’éclairer la période de la préhistoire au Moyen-Âge sur le sol de la Nouvelle Calédonie.

 

 

 

Les austronésiens ont laissé derrière eux des poteries appelées “Lapita” et “Podtanéan”. Les premières sont décorées de motifs géométriques pointillés, et les autres représentent plutôt des motifs allongés réalisés avec un battoir en bois.

 

 

La période de 200 à 1800 après JC se caractérise par le peuplement de l’intérieur de la Grande Terre, sur les plaines fertiles, de Nouvelle Calédonie.
Les Canaques, “homme” en langue polynésienne, vivent principalement de la culture de la terre, notamment avec l’igname et le taros. Certaines tribus s’affrontent régulièrement, provoquant non seulement des destructions de récoltes, mais également des victimes. Ces victimes sont alors mangées par les vainqueurs au cours d’un repas culturel. Le cannibalisme, qui est en fait un rituel guerrier, n’existe plus de nos jours.

 
 
Publié le mercredi 19 décembre 2007
Mis à jour le vendredi 21 décembre 2007

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le mercredi 19 décembre 2007
Mis à jour le mercredi 20 février 2008
 
Publié le jeudi 20 décembre 2007
Mis à jour le vendredi 21 décembre 2007
 
Publié le jeudi 20 décembre 2007
Mis à jour le mercredi 20 février 2008
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter