Tout déplier Tout replier

 
 

Mont Dore

 

 

Histoire du Mont Dore…

... Quartier par Quartier

Le Mont Dore Aujourd’hui

 


 

 

HISTOIRE DU MONT DORE

 

Le Mont Dore tiendrait son nom de deux origines. La première vient de James Paddon, navigateur et négociant anglais, qui faisait référence aux paillettes d’or trouvée sur les flancs de la montagne par les mélanésiens. La deuxième vient des missionnaires, qui ont assimilé cette montagne à l’auvergne.

 

Les premières vagues de peuplement commencèrent dès 1000 avant JC, avec les austronésiens. Peu à peu, ils s’installèrent dans les alentours de Boulari, modifiant le paysage forestier en faveur de terrains cultivables.

Au fil des siècles, la population a rapidement augmenté engendrant de nouveaux procédés de cultures, comme les cultures en terrasses, les tarodières, les ignames et les bananiers.

Dès la fin du XVIIIème siècle, les premiers navigateurs européens accostent sur la grande terre, entraînant des affrontements et des maladies,... Le peuplement par les colons du Mont Dore et de ses différents quartiers se fait alors très rapidement.

 

 

La première partie du XXème siècle est caractérisée par un essor économique, grâce aux activités forestières (jusqu’en 1942), aux activités agricoles (produits de la ferme), aux activités minières (chrome, fer, nickel) ou encore aux activités industrielles (briqueterie en 1954).

 

A partir des années 1970, le Mont Dore possède de nombreux atouts : proximité de Nouméa tout en étant au calme et proche de la nature, nombreuses possibilités de constructions. Il constitue un attrait pour un grand nombre de personnes habitant à Nouméa (maison secondaire ou retraités).

Les Wallisiens venus dans le cadre de la réalisation de grands travaux ne tardent pas à s’y installer eux aussi, avec leur famille.

Ainsi, la population passa de 1800 habitants en 1962 à 10 000 en 1971.

 

 

 

… QUARTIER PAR QUARTIER

 

  • Le Vallon Dore fait partie des premiers lieux d’habitation des colons européens. Quelque peu enclavé, on ne pouvait y accéder que par la mer. Mais c’est aujourd’hui un quartier résidentiel en plein essor. Son emplacement en bord de mer et au pied de la montagne du Mont Dore en a fait un lieu privilégié pour ses habitants.

 

  • Le peuplement du Mont Dore a également commencé avec la Baie de Boulari, qui est à présent le quartier administratif de la ville. Boulari correspond au “centre” de la ville, avec le regroupement des commerces et services.

 

  • Saint Michel est un quartier doté de nombreux lotissements résidentiels. La majorité des habitants sont originaire de la polynésie.

 

  • Quelques années plus tard (en 1855), c’est le quartier de La Conception qui est occupé par les pères maristes (ordre religieux ayant pour but de répandre les idées de l’Eglise romaine en Océanie). Les domaines de la santé et de l’éducation, auprès des bagnards et des lépreux, étaient confiés aux sœurs.
    En 1874 l’église de la Conception est construite. Ses vitraux retracent l’arrivée des premiers missionnaires. Son dôme carré, avec à son sommet la statut de la Vierge Marie, et ses murs rouges et blancs contrastent avec une végétation dense. De nombreux pèlerins viennent encore s’y recueillir, en l’honneur de la Vierge Marie, le jour de l’Assomption.

     

  • L’année 1856 a été marquée par la construction de la mission de Saint Louis par les maristes. Son nom fait honneur à Napoléon III.
    Les activités industrielles se sont rapidement développées notamment grâce aux cultures et aux forêts environnantes. Se sont succédées l’industrie de la scierie, la culture du riz, des cannes à sucres, du café… Les maristes ont par la suite confié aux sœurs le soin d’ouvrir des écoles afin d’éduquer les enfants. Une église est construite en 1868, ce sera la première de Nouvelle Calédonie, elle est aujourd’hui toujours visible, entourée de végétation, à partir de la route principale.
    De violents affrontements ont par la suite eu lieux entre les kanak et les Wallisiens installés dans ce même quartier. Afin de calmer les tensions, les Wallisiens ont finalement été contraints à quitter les lieux pour aménager ailleurs.

 

  • En 1859, Le Camp des Français, ou Pont des Français voit le jour avec le gouverneur Saisset. Des fermes ont par la suite été créées et sont devenues célèbres pour la production de lait, fromages, œufs,… Il est situé juste à la sortie de Nouméa et, depuis une dizaine d’années, le quartier connaît un accroissement considérable de sa population.

 

  • A la même époque, Yahoué est occupé par des clans mélanésiens qui vivent aux abords de la rivière (qui porte le même nom). Le quartier est situé juste au dessous du Pic Malawi. L’agriculture s’est vite développée occupant une place primordiale dans l’alimentation de la population locale mais aussi des colons. La construction d’une conduite d’eau a permis de faire face à des manques parfois importants.
    Yahoué est un quartier très peuplé du Mont Dore où les cultures de tous genres sont encore à l’honneur.

 

  • La Coulée tient son nom de la rivière qui la traverse. L’activité économique et l’exploitation forestière y étaient importantes au début du XXème siècle. C’est ici que se trouve aujourd’hui la zone industrielle du Mont Dore ainsi qu’un centre commercial.

 

  • Plum s’est développé grâce à la découverte du nickel, par Pierre Coste, dans les années 1870. La fièvre de l’or vert a atteint de nombreuses personnes, ce qui entraîna la construction d’une mine.
    Aujourd’hui Plum est un quartier tourné vers la mer, avec des zones de mises à l’eau, des plages,... Un camp militaire (Régiment d’Infanterie de Marine du Pacifique) occupe l’ancien emplacement du camp militaire américain (seconde guerre mondiale).
    Plum a également été un précurseur en matière d’énergies renouvelables. 1996 a été l’année de la mise en place de 12 éoliennes, sur le Mont Negandi. D’une hauteur de 35 mètres avec des palles de 20 mètres, ces éoliennes couvrent une grande partie des besoins en énergie de la ville. Bien d’autres éoliennes ont été rajoutées depuis, notamment à Prony. Au total, le Mont Dore comptabilise 51 éoliennes.
    C’est également à Plum que l’on trouve la source fournissant l’eau minérale, appelée Mont Dore. Une fontaine a été aménagée et offre son eau minérale à tous.

 

  • Après les guerres mondiales, les terres de Robinson viennent aux mains des japonais. Le morcellement entraîne l’apparition de lots, qui correspondent aux actuels lotissements.
    Robinson est aujourd’hui très peuplé. Les habitants apprécient cette zone résidentielle pour son animation, ses commerces mais aussi pour sa proximité du bord de mer.

 

  • Le Mont Dore Sud est lui aussi un quartier résidentiel, très peuplé. Idéalement positionné entre mer et montagnes, il constitue un attrait de population important.

 

Le Mont Dore regroupe encore des quartiers quelques peu éloignés et très faiblement peuplés. Ceux-ci font partie du Grand Sud :

  • On retrouve Prony, connu touristiquement pour ses vestiges du bagne, son village minier, son îlot Casy, son aiguille sous-marine, ou encore le passage des baleines l’hiver.
    Situé au sud de la Grande Terre, le village a longtemps vécu au rythme des activités minières.

 

  • L’île Ouen est principalement peuplée par une tribu kanak. Située sur le canal Woodin, de nombreux touristes y sont de passages notamment pour les possibilités de randonnées, la présence de tortues et l’ancienne mine de Jade.

 

  • Le Lembi-Mouirange se trouve dans le Grand Sud. Autrefois, cette vaste étendue de terres et de montagnes était occupée par des exploitations minières, puis cédées aux exploitants agricoles et maraîchers, ces terres sont devenues des champs de cultures.

 

 

 

LE MONT DORE AUJOURD’HUI

 

Le Mont Dore fait aujourd’hui partit du Grand Nouméa, avec Dumbéa et Païta. Ces villes regroupent environ 146000 habitants, soit 60% de la population calédonienne.

Le Mont Dore est également la deuxième commune du territoire par son nombre d’habitant : 24426 habitants. De plus, des études estiment que ce chiffre devrait doubler d’ici 2020.

 

Comme on a pu le voir, le Mont Dore est très vaste, avec une population plutôt inégalement répartit. En effet, la population s’est installée dans des lotissements résidentiels à proximité de Nouméa, formant sa banlieue.

90% du territoire de la commune du Mont Dore ne sont pas habités. La nature est alors présente, avec sa chaîne de montagnes, ses creeks et ses cours d’eaux. La faune et la flore, souvent endémiques, sont d’une grande richesse et font le bonheur d’un bon nombre de spécialistes.

 

 

Le Mont Dore offre tous les équipements nécessaires au bon fonctionnement de la vie en communauté : des établissements scolaires, une zone industrielle, des bibliothèques, des parcs, un complexe sportif, un centre culturel,…

De nombreuses activités du Mont Dore tournent autour des animations et manifestations sportives, comme par exemple l’organisation du raid La Montée d’Eole, ou encore le triathlon de la Croix du Sud. Pour les sportifs et amateurs de nature de nombreuses possibilités de randonnées à pied ou en VTT s’offrent à vous.

Voir le descriptif des randonnées proposées sur ce site.

Les journées du patrimoine, organisées chaque année en septembre vous permettrons de bénéficier de visites guidées sur les sites historiques de la commune.

 

Le Point I du Mont Dore vous donnera tous les renseignements nécessaires aux diverses activités :
Rond point des sportifs (avant la Mairie)
Tel : (00 687) 43 33 44
Mail :
tourismemontdore@lagoon.nc

 

Le développement a notamment pu se réaliser grâce à la zone industrielle, qui a permis l’implantation de nombreuses entreprises et donc a engendré un attrait de main d’œuvre. L’agriculture, le bâtiment et le commerce sont les 3 activités clés du succès.

 

La Mairie a su rendre vivante sa commune en lançant divers projets.

Des marchés sont organisés régulièrement, dont celui de la Coulée qui est hebdomadaire (le samedi). On y vend des plantes, des fruits et légumes, mais aussi des vêtements ou des bijoux artisanaux.

L’enjeu de la commune est, aujourd’hui, de conserver ce dynamisme, notamment en terme d’activités économiques, tout en faisant face à l’accroissement de la population.

 

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à contacter la Mairie du Mont Dore :
BP3 Boumari – 98810 Mont Dore
Tel : (00 687) 43 70 00 / Fax (00 687) 43 64 94
Mail :
mairie@ville-montdore.nc

 

 
 
Publié le samedi 22 mars 2008
Mis à jour le lundi 21 avril 2008

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le dimanche 23 mars 2008
Mis à jour le mercredi 25 mai 2011
 
Publié le vendredi 21 mars 2008
Mis à jour le lundi 21 avril 2008
 
Publié le vendredi 21 mars 2008
Mis à jour le lundi 21 avril 2008
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter