» Les îles Loyautés » Ouvéa » Le Drame d’Ouvéa
 
Tout déplier Tout replier

 
 

Le Drame d’Ouvéa

 

 

La Prise d’otages

L’assault de la Grotte de Gossanah

Retour au Dialogue et à la Paix

 


 

LA PRISE D’OTAGES

 

La fin des années 1980 est marquée par une situation particulièrement tendue au niveau politique. 1988, nous sommes en plein milieu des affrontements entre indépendantistes et les partisans du maintien de la Nouvelle Calédonie au sein du gouvernement français. Cette période, dite “des évènements” a profondément marqué la Nouvelle Calédonie.

 

C’est dans ce contexte qu’à lieu la prise d’otage d’Ouvéa. Deux jours avant le premier tour des élections territoriales, des indépendantistes kanak membres du comité de lutte FLNKS (Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste) attaquent la gendarmerie de Fayaoué. Cette attaque qui s’est déroulée le vendredi 22 avril 1988, va se révéler être sanglante et se terminera par la mort de 3 gendarmes, plus un homme mortellement blessé et la prise en otage de 27 autres gendarmes.

Parmi ces 27 otages, 11 sont dirigés vers le sud de l’île, Mouli, mais seront finalement tous libérés quelques jours plus tard. Les 16 autres gendarmes sont conduits et retenus prisonniers par plus d’une quinzaine d’indépendantistes dans le nord de l’île, à Gossanah.

 

Le gouvernement français, mené alors par le président François Mitterrand et le premier ministre Jacques Chirac, envoie des renforts sur l’île. Les indépendantistes édictent leurs conditions en échange de la libération des gendarmes, ils exigent le retrait des forces de l’ordre de l’île, l’annulation des élections territoriales et la désignation d’un médiateur pour discuter d’un référendum d’autodétermination.

 

 

L’ASSAUT DE LA GROTTE DE GOSSANAH

 

Le 27 avril la grotte qui sert de lieu de prise d’otage est localisée. Mais le commandant du GIGN, 5 de ses hommes, un gendarme et le substitut du procureur sont à leur tour pris en otage. Le gouvernement français appelle à la libération des otages et au dialogue.

 

Le 5 mai l’opération Victor, dont le but est de libérer les otages, est déclanchée. Une soixantaine d’hommes des forces de l’ordre française prennent d’assaut la grotte de Gossanah.

Le bilan de l’opération est lourd, les 24 otages sont sains et saufs mais le combat mène à la mort 19 indépendantistes et 2 militaires.

 

Des membres du FLNKS tiennent alors pour responsables les forces de l’ordre. Ils les accusent d’avoir abattu sommairement certains des preneurs d’otage. Les avis restent aujourd’hui encore mitigés sur le sujet.

 

 

RETOUR AU DIALOGUE ET A LA PAIX

 

Deux jours plus tard, François Mitterrand est réélu président de la République, avec Michel Rocard comme premier ministre. Une des priorités est de renouer la discussion avec les indépendantistes, ce qui mènera le 26 juin 1988 aux accords de Matignon. Ces accords sont signés par Jean Marie Tjibaou et Jacques Lafleur et prévoient une période de 10 ans avant le prononcement de la population sur leur volonté d’indépendance.

 

Ce drame n’a pas mis une fin aux tensions, mais a débouché sur la reprise du dialogue, comme le témoigne l’accord de Matignon.

Un an plus tard, le 4 mai 1989, a lieu la levée du deuil des 19 preneurs d’otages morts lors de l’assaut de la grotte. Durant la cérémonie, un autre drame touche alors Ouvéa. Jean Marie Tjibaou et Yeiwéné Yeiwéne sont assassinés par des extrémistes kanak. Leur but était de faire échouer les accords de Matignon.

Une réconciliation entre la gendarmerie et les habitants de Gossanah se met progressivement en place.

 

L’année 2008 a été marquée par la commémoration des 20 ans du drame d’Ouvéa. C’est ensemble que les autorités françaises et les institutions coutumières ont décidé de se réunir.

Aujourd’hui les rapports entre gendarmeries et indépendantistes sont très bons, les relations sont constantes et permettent de mieux vivre ensemble.

 

 
 
Publié le jeudi 29 mai 2008
Mis à jour le mercredi 28 mai 2008

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le jeudi 29 mai 2008
 
Publié le jeudi 29 mai 2008
 
Publié le jeudi 29 mai 2008
 
Publié le vendredi 30 mai 2008
 
Publié le vendredi 30 mai 2008
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter